Giacometti - L'oeuvre ultime

L’événement Giacometti à Nice, à découvrir jusqu’au 15 octobre.

Le Département des Alpes-Maritimes présente la première exposition consacrée aux oeuvres d’Alberto Giacometti (1901-1966) à Nice.

Cette exposition inédite a spécialement été conçue pour les espaces rénovés de l’ancien bagne de Nice et du Pavillon de l’Horloge du port de Nice qui forment la nouvelle Galerie Lympia.

Elle propose d’éclairer les dernières années du travail de l’artiste à travers une cinquantaine d’oeuvres majeures de la période de la maturité (1960-1965) dont les toutes dernières oeuvres sur lesquelles l’artiste a travaillé.

Sculptures, peintures, dessins, lithographies, issus de la riche collection de la Fondation Giacometti, permettent de montrer toute la diversité des techniques employées par l’artiste dans cette période décisive de sa carrière.

Le projet s’appuie par ailleurs sur une importante documentation photographique, en partie inédite, qui sert de scénario à l’exposition. Elle réunit plusieurs chefs-d’oeuvre de cette époque dont une peinture majeure de la série des « Caroline » de 1960, un des derniers bustes de Lotar (Lotar III, 1965-1966), le plâtre peint de l’Homme à mi-corps (1965), la Grande femme III (1960) et la reconstitution, avec les oeuvres originales, de l’assemblage des sculptures figurant dans une photographie de Lotar prise dans l’atelier de Giacometti. .

Lire la suite de l'édito...

...et j’évoque ici Picasso, Matisse, Bonnard qui ont longuement séjourné sur la Côte d’Azur, mais aussi des artistes de passage, musiciens comme Berlioz, ou peintres comme Berthe Morisot – l’ouverture d’un nouveau lieu culturel doit être saluée comme un défi porteur d’espérances.

Défi, parce qu’en ces temps troublés, il est important de redonner à la culture un rôle dynamique. Élargir l’horizon en rencontrant des œuvres et des courants nouveaux, réfléchir sur ce qui fonde notre culture, proposer la variété pour combattre l’unicité et la pensée sectaire, voilà un beau rôle dévolu à cette Galerie Lympia. Premier bâtiment construit sur le port de Nice au XVIII° siècle, c’est un lieu historique qui s’ouvre aujourd’hui à la culture. Il a vu en effet la ville de Nice affirmer sa vocation maritime, se consacrer au commerce et bientôt à la villégiature. Il a connu mille destinées, tour à tour dépendant des Galères de Villefranche-sur-Mer, puis bagne de Nice, caserne, siège de services administratifs…

C’était presque une gageure d’aménager le lieu sans le défigurer, de garder la beauté intrinsèque des pierres tout en donnant plus de fonctionnalité à l’ensemble. Les œuvres les plus diverses, de la peinture à la photographie, de la sculpture au design, y trouveront désormais un écrin.

L’exposition consacrée à Alberto Giacometti sera, à coup sûr, un moment fondateur pour cette toute jeune Galerie Lympia. Alors que de brillantes rétrospectives, à Doha, à la Tate Modern Londres, célébreront aussi cet artiste de renommée internationale, la Galerie Lympia jouera une partition singulière en choisissant les œuvres de la maturité. Les modèles habituels de Giacometti, sa femme Annette, son frère Diego, Caroline, le photographe Eli Lotar, seront nos guides pour mieux comprendre le questionnement inlassable de l’artiste, sa volonté d’aller à l’essentiel et de restituer la complexité humaine à travers des formes simples qui parlent à tous. Émouvant quand il exprime ses doutes sur sa capacité à capter une réalité toujours fugace, il nous offre pourtant l’image d’un artiste qui reprend sans désemparer son travail, jusqu’à saisir dans un regard la réalité intérieure de son modèle, son humanité universelle.

Grâce à la Fondation Giacometti que je remercie de son engagement auprès du Département, nous aurons de nouvelles clés de lecture pour aborder l’oeuvre intemporelle de cet artiste qui, par son indépendance de pensée et sa liberté de création, est un repère pour les artistes d’aujourd’hui.

L’exposition

L’atelier, Tériade et la Côte d’azur.

Quand il ne travaille pas dans l’atelier avec ses modèles, Giacometti se consacre aux illustrations du livre de lithographies que son ami et éditeur Tériade lui a commandé : Paris sans fin.
L’ouvrage ne sera achevé d’imprimer qu’à titre posthume, la mort brutale de Giacometti mettant un terme au projet entamé depuis plusieurs années. Giacometti ne voyage que très rarement mais se rend à plusieurs reprises à la Villa Natacha, fameuse propriété de la Côte d’Azur que possède Tériade à Saint-Jean-Cap-Ferrat.

Cette première partie présentée dans le Pavillon de l’Horloge évoque les liens entre Giacometti et Tériade autour de Paris sans fin et les rares dessins existants de Giacometti sur le thème de la mer.

Les derniers modèles.

L’ensemble des oeuvres présenté à la Galerie Lympia propose de revenir sur l’importance du travail d’après modèle chez Giacometti et son interrogation permanente autour du réalisme.

Dans les dernières années de sa carrière, Giacometti retrouve son ami le photographe Eli Lotar qu’il invite à poser dans son atelier de la rue Hippolyte-Maindron.

Lotar rejoint - après son frère et tout premier modèle Diego, sa femme Annette, et la jeune Caroline qu’il vient de rencontrer - la constellation des modèles qui marqueront de manière décisive la dernière période d’un des plus grands artistes du XXème siècle.

The Alpes-Martitimes council present the first exhibition in Nice dedicated to Alberto Giacometti (1901 - 1966) masterpieces.

The Alpes-Martitimes council present the first exhibition in Nice dedicated to Alberto Giacometti (1901 - 1966) masterpieces.

This original exhibition was created in partnership with the Giacometti Foundation in Paris. It aims to highlight the artist last years of work through 50 major pieces from his maturity period (1960-1965).

Renowned artist from the 20’s, Giacometti stood in an intense period of creation.
News models faces, with his wife Annette and his brother Diego, are added, especially Caroline and the photographer Eli Lotar who posed for him for his very last sculptures.

Sculptures, lithographies, drawings and paintings testify to striking vitality and renewed artistic expression.

Il Dipartimento delle Alpi Marittime presenta a Nizza la prima mostra dedicata alle opere di Alberto Giacometti (1901-1966).

Inedita, la mostra è stata appositamente creata in collaborazione con la Fondazione Giacometti di Parigi e si propone di far luce sugli ultimi anni di lavoro dell’artista attraverso una cinquantina di opere maggiori realizzate nel periodo della maturità (1960-1965).

Artista riconosciuto fin dagli anni ‘20, Giacometti vive un periodo di intensa attività creativa durante il quale il lavoro con modello assume un’importanza capitale.

Oltre ai modelli abituali – sua moglie Annette e suo fratello Diego – si aggiungono volti nuovi come quello di Caroline e del fotografo Eli Lotar che poserà per le sue ultimissime opere.

Sculture, pitture, disegni e litografie sono la testimonianza della sua sorprendente vitalità artistica e di una rinnovata espressività.